It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

« Les frais de garde d’enfants dans la plupart des régions du Canada sont trop chers pour les familles à faible comme à moyen revenu ».

Le rapport Ça Suffit : Les frais de garde d’enfants au Canada en 2017 du Centre canadien de politiques alternatives confirme que les coûts augmentent – dans certaines villes dix fois plus rapidement que le taux de l’inflation – et que les services de garde à l’enfance réglementés sont encore très dispendieux.

Faits saillants de l’étude:

  • Les frais de garde médians pour les places consacrées aux enfants d’âge préscolaire – les plus nombreuses – sont de 1 212 $ par mois à Toronto, mais non loin derrière, autour de 1 000 $ par mois, suivent les villes de: Mississauga, Brampton, Vaughan, Markham, London et Ottawa en Ontario, Calgary en Alberta, Richmond en Colombie-Britannique, Kitchener en Ontario et Vancouver en Colombie-Britannique.
  • Depuis 2014, c’est à Toronto que la hausse des frais de garde pour enfants d’âge préscolaire a été le plus marquée, soit six fois plus rapide que le taux d’inflation (21,4 %). Depuis 2016, Richmond en Colombie-Britannique a connu la hausse la plus importante des frais de garde pour enfants d’âge préscolaire, soit une augmentation de 12 % ou 10 fois plus rapide que le taux d’inflation.
  • Les villes québécoises demeurent celles où les frais de garde toutes catégories d’âge confondues sont les moins élevés: 168 $ par mois à Montréal et 183 $ par mois dans les villes de Gatineau, Laval, Longueuil et Québec.
  • De nouvelles données sur les régions rurales de l’Ontario et de l’Alberta indiquent que les frais de garde d’enfants dans ces secteurs ne sont pas beaucoup moins chers que dans les villes avoisinantes.
  • Les frais de garde les moins élevés sont systématiquement dans les villes du Québec, à Winnipeg, à Charlottetown et dans les communautés autochtones. Dans ces endroits, les gouvernements ou les autorités locales fixent de bas tarifs et subventionnent directement les fournisseurs de services, adoptant des politiques visant prioritairement l’abordabilité des services de garde.
  • Dans la plupart des villes sondées, au moins 70 % des garderies ont indiqué tenir une liste d’attente, mais les frais d’inscription à ces listes disparaissent graduellement.

Selon Morna Ballantyne, directrice générale d’Un enfant, Une place, ces résultats démontrent que les gouvernements doivent agir prestement pour rendre les services de garde réglementés abordables et accessibles à tous les enfants.

« Il n’y a qu’une façon de rendre les services de garde abordables pour les parents. Il faut que les gouvernements financent à hauteur suffisante les garderies et les agences de services de garde détentrices de permis et qu’ils règlementent et imposent un plafond aux tarifs, a dit madame Ballantyne. Les frais de garde d’enfants au Québec, au Manitoba et à l’Île-du-Prince-Édouard sont moins élevés parce que, dans ces provinces, les programmes de financement et les politiques sont conçus pour donner de tels résultats ».

Un enfant Une place a réitéré sa demande auprès du gouvernement fédéral de prendre toutes les mesures nécessaires pour s’assurer que le Cadre national multilatéral pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants donne comme résultat des services de garde abordables et de bonne qualité.

« L’accès d’un enfant à un service de garde réglementé ne devrait pas dépendre de son lieu de naissance, a dit madame Ballantyne. Tous les enfants ont droit à des services de garde de bonne qualité, peu importe où leurs parents vivent et le montant qu’ils déboursent ».

Joignez-vous à la lutte pour des services de garde à l’enfance de qualité. Rendez-vous à services de garde éducatifs pour tous.ca.