It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

Points à faire valoir: quoi dire au cours de la rencontre

  1. Introduction
  • Présentez-vous. Dites ce que vous faites et d’où vous venez.
  • Remerciez le candidat ou la candidate d’avoir accepté de vous rencontrer.
  • Confirmez le temps alloué à la rencontre.
  • Dites que vous faites partie d’une coalition de parents, d’éducatrices et d’organisations préoccupés par la crise dans le secteur des services de garde au pays.
  • Précisez vos attentes par rapport à cette rencontre, c’est-à-dire que vous souhaitez lui faire part de votre point de vue sur les services de garde au Canada et lui demander de s’engager à régler la crise dans le secteur.
  1. Le système des services de garde au Canada est en crise
  • Les frais de garde d’enfants sont trop élevés pour la plupart des familles (les parents dépensent en moyenne le quart de leur salaire net pour faire garder leurs enfants).
  • Il y a trop peu de places en services de garde réglementés pour les familles, pour les groupes d’âge et dans les endroits qui en ont besoin (si vous les avez, vous pouvez fournir des données sur les listes d’attente propres à votre ville ou votre région).
  • Il y a une crise de la main-d’œuvre dans le secteur des services de garde au Canada: les faibles salaires et taux de rétention et les obstacles en matière de formation et de recrutement nuisent à la qualité et à l’expansion des réseaux.
  • *Si c’est le cas, vous pouvez témoigner de votre expérience ou de celle d’un membre de votre famille qui a eu du mal à trouver une place en garderie en raison du coût, du manque de places ou des besoins particuliers de l’enfant.
  1. Ce que peuvent faire le gouvernement fédéral et le Parlement du Canada:

Si la candidate ou le candidat est du Parti libéral:

  • Le cadre multilatéral mis en œuvre par votre gouvernement est une première étape extrêmement positive. Il s’agit de la première fois en dix ans que le gouvernement fédéral alloue spécifiquement des fonds à la garde d’enfants.
  • Nous sommes satisfaits notamment des mesures que vous avez prises en matière d’apprentissage et de garde des jeunes enfants autochtones.
  • Nous sommes ici pour parler de la deuxième étape du processus, à savoir de la prochaine phase de trois ans des ententes bilatérales.
  • Pour s’attaquer véritablement aux problèmes d’abordabilité, de qualité et d’accès aux services de garde, il faut des investissements plus substantiels. Le gouvernement de Paul Martin s’était engagé à verser cinq milliards de dollars sur cinq ans en 2005. Ce niveau d’investissement nous rapproche du seuil de 1 pour cent du PIB prôné à l’échelle internationale (soit environ 1 milliard de dollars de plus chaque année).
  • La prochaine phase des ententes bilatérales devrait exiger des provinces et des territoires qu’ils se dotent de réseaux de services de garde à l’enfance publics entièrement financés, qui accueillent tous les enfants et qui sont accessibles et abordables pour toutes les familles.
  • Nous savons que votre gouvernement valorise l’égalité entre les sexes. Nous savons aussi que l’accès à des services de garde abordables est une des façons les plus efficaces d’accroître la participation des femmes au marché du travail et de réduire l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes.
  • De plus, nous souhaitons qu’une loi fédérale en matière de garde d’enfants soit adoptée afin d’enchâsser l’engagement du gouvernement fédéral à cet égard, tout comme la Loi canadienne sur la santé a enchâssé le droit au régime public d’assurance-maladie.

 

Si la candidate ou le candidat est du Parti conservateur:

  • Nous savons vous et moi qu’il est judicieux d’investir dans les services de garde. Même le gouverneur de la Banque du Canada soutient qu’un programme subventionné de services de garde améliorera considérablement l’économie canadienne en augmentant la participation des femmes au marché du travail.
  • Cependant, pour concrétiser ces avantages, les fonds investis doivent être suffisamment élevés pour créer un nombre suffisant de places abordables et inciter les parents (notamment les mères) à retourner travailler à temps plein.
  • Le gouvernement fédéral, en adoptant l’entente-cadre multilatérale, a franchi une première étape. Cependant, la plupart des ententes conclues avec les provinces et les territoires ne vont pas assez loin. Elles ne permettent pas d’accroître substantiellement l’accès aux services de garde ni de les rendre plus abordables. Dans la deuxième phase des ententes, le gouvernement doit accroître le budget du Canada en matière d’apprentissage et de garde des jeunes enfants d’un milliard de dollars par année, et ce, jusqu’à ce que le niveau de financement des services de garde atteigne 1 pour cent du PIB, seuil largement reconnu à l’échelle internationale.
  • La prochaine phase des ententes bilatérales devrait exiger des provinces et des territoires qu’ils se dotent de réseaux de services de garde à l’enfance publics entièrement financés, qui accueillent tous les enfants et qui sont accessibles et abordables pour toutes les familles.
  • Et ces fonds doivent servir à augmenter le nombre de places dans le secteur des services de garde réglementés.

 

Si la candidate ou le candidat est du Nouveau parti démocratique:

  • Le gouvernement libéral a fait plus pour la garde d’enfants que le gouvernement Harper au cours de la décennie précédente, mais nous savons vous et moi que ce n’est pas suffisant. Un gouvernement véritablement voué à l’égalité entre les hommes et les femmes investirait les sommes requises pour la garde d’enfants. Ce gouvernement augmenterait le budget annuel du Canada pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants d’un milliard de dollars par année sur les dix prochaines années afin d’atteindre 1 pour cent du PIB, tel que prôné internationalement.
  • Ces fonds doivent servir à augmenter le nombre de places dans le secteur des services de garde réglementés et à but non lucratif.
  • La prochaine phase des ententes bilatérales devrait exiger des provinces et des territoires qu’ils se dotent de réseaux de services de garde à l’enfance publics entièrement financés, qui accueillent tous les enfants et qui sont accessibles et abordables pour toutes les familles.
  • De plus, nous souhaitons qu’une loi fédérale en matière de garde d’enfants soit adoptée afin d’enchâsser l’engagement du gouvernement fédéral à cet égard, tout comme la Loi canadienne sur la santéa enchâssé le droit au régime public d’assurance-maladie.


Si la candidate ou le candidat est du Parti vert:

  • Le Parti vert a affirmé que les services de garde sont importants pour les Canadiennes et les Canadiens.
  • Si le gouvernement est véritablement voué à l’égalité entre les hommes et les femmes, il doit investir ce qu’il faut dans les services de garde. Il doit accroître de 1 milliard de dollars par année sur dix ans le budget alloué à l’apprentissage et la garde des jeunes enfants afin d’atteindre les seuils prônés à l’échelle internationale.
  • Ces fonds doivent servir à augmenter le nombre de places dans le secteur des services de garde réglementés et à but non lucratif.
  • La prochaine phase des ententes bilatérales devrait exiger des provinces et des territoires qu’ils se dotent de réseaux de services de garde à l’enfance publics entièrement financés, qui accueillent tous les enfants et qui sont accessibles et abordables pour toutes les familles.
  • L’expansion des réseaux de services de garde est un élément essentiel pour la vitalité d’une économie verte. Des fonds publics investis dans un système de services de garde publics auraient pour effet de créer des dizaines de milliers d’emplois verts.
  • De plus, nous souhaitons qu’une loi fédérale en matière de garde d’enfants soit adoptée afin d’enchâsser l’engagement du gouvernement fédéral à cet égard, tout comme la Loi canadienne sur la santé a enchâssé le droit au régime public d’assurance-maladie.
  1. Conclure sur un engagement
  • Demandez au candidat ou à la candidate de s’engager à exercer des pressions pour augmenter les fonds publics alloués aux services de garde afin que d’ici dix ans le Canada soit doté d’un système donnant à chaque enfant le droit et l’accès à des services d’apprentissage et de garde à l’enfance.
  • Rappelez-lui que vous faites partie d’une coalition en quête de personnes pour porter le dossier des services de garde: des « champions ». Demandez-lui si vous pouvez prendre une photo à ses côtés en tenant l’affiche l’identifiant comme #championdesservicesdegarde et soulignant son engagement en faveur de #servicesdegardeabordables.
  • Remerciez le candidat ou la candidate de vous avoir reçu et remettez-lui un exemplaire du plan pour des services de garde éducatifs et abordables pour tous.

Information à inclure dans la lettre aux candidat-e-s

Nous avons besoin de champions des services de garde qui interviendront en faveur de services de garde de qualité, abordables et accessibles à tous

Pourquoi sommes-nous ici?

Dans le cadre de la campagne Services de garde éducatifs pour tous, des parents, des éducatrices et éducateurs et d’autres personnes ayant à cœur les services de garde rencontrent les candidat-e-s des différents partis politiques afin d’exhorter le prochain gouvernement fédéral à procéder à l’étape suivante.

Le cadre multilatéral et les ententes sur l’apprentissage et la garde des jeunes enfants intervenues entre le gouvernement fédéral et les provinces et territoires sont une première étape très positive. C’est la première fois en dix ans que le gouvernement fédéral s’investit dans la garde d’enfants. Nous appuyons le processus et nous sommes ici pour parler de la deuxième étape, à savoir la prochaine phase de trois ans des ententes bilatérales.

La crise des services de garde à l’enfance demeure une réalité pour de trop nombreuses familles.

Dans chaque province et chaque territoire:

  • Les frais de garde sont trop élevés pour la plupart des familles.
  • Il y a une crise de la main-d’œuvre dans le secteur des services de garde: les faibles salaires et taux de rétention et les obstacles en matière de formation et de recrutement nuisent à la qualité et à l’accroissement du nombre de places.
  • Il y a trop peu de places en services de garde réglementés pour les familles, pour les groupes d’âge et dans les endroits qui en ont besoin.

 

Ce dont nous avons besoin :

Afin de régler ces problèmes, il faut que le prochain gouvernement fédéral déploie la deuxième phase pour améliorer les services de garde et qu’il assume un plus grand rôle de leadership en vue de bâtir un système stable auquel tous ont accès. Le budget fédéral consenti à l’apprentissage et la garde des jeunes enfants doit être augmenté substantiellement. Les prochaines ententes entre le gouvernement fédéral et les provinces et territoires doivent mettre de l’avant des mesures sur trois fronts à la fois:

  1. Rendre les services de garde abordables.
  2. Améliorer la qualité et la stabilité en investissant des fonds publics pour soutenir la main-d’œuvre, notamment augmenter les salaires versés dans le secteur de la garde à l’enfance.
  3. Étendre les services par le développement accru du secteur des services de garde réglementés, publics et à but non lucratif.

 

Comment y parvenir? Ce que le gouvernement fédéral peut faire:

– S’engager à ce que d’ici dix ans le Canada soit doté de services de garde éducatifs pour tous, un système accordant à chaque enfant l’accès à ces services..

– Accroître d’un milliard de dollars par année sur dix ans le budget du Canada alloué à l’apprentissage et la garde des jeunes enfants afin d’atteindre les seuils prônés à l’échelle internationale.

– Négocier des ententes bilatérales qui exigent des provinces et des territoires qu’ils se dotent de réseaux de services de garde à l’enfance publics entièrement financés, qui accueillent tous les enfants et qui sont accessibles et abordables pour toutes les familles.

Afin de régler la crise des services de garde, il faut que vous vous engagiez à être un-e champion-ne des services de garde et que vous interveniez en faveur de services de garde de qualité et abordables.

Merci.

Table des matières