It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

Les personnes qui militent en faveur des services de garde à l’enfance au Canada disent que le plan pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants présenté dans le budget fédéral marque un tournant décisif et historique pour les enfants, les parents et les femmes, notamment celles qui travaillent en services de garde au pays. Il donnera lieu à une relance économique plus forte, plus équitable et plus rapide.

« Le plan pluriannuel présenté dans le budget, qui prévoit une hausse importante des investissements publics afin de réduire d’ici cinq ans à 10 $ par jour le coût moyen des frais de garde, fera en sorte que les programmes d’apprentissage et de garde des jeunes enfants seront accessibles, abordables et inclusifs partout au Canada », a dit Morna Ballantyne, directrice générale d’Un enfant Une place, l’association nationale de promotion des services de garde à l’enfance au Canada. « Réduire les tarifs en subventionnant le fonctionnement des services de garde réglementés, c’est ainsi qu’il faut s’y prendre pour bâtir le système universel de qualité dont ont besoin les familles dans toutes les régions du Canada ».

Le budget déposé aujourd’hui répond à l’appel des défenseurs des services de garde qui réclamaient une augmentation immédiate du financement fédéral à 4,1 milliards de dollars en 2021-2022 et une hausse graduelle jusqu’à ce qu’il atteigne 9,2 milliards de dollars annuellement en 2025-2026. Ces sommes représentent un investissement fédéral de 30 milliards de dollars sur cinq ans.

Qui plus est, le budget précise que le développement du système se fera dans le secteur à but non lucratif et que le gouvernement fédéral s’engage à enchâsser le programme pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants dans une loi fédérale qui sera déposée cet automne. Aussi, le budget fédéral 2021 confirme les nouveaux investissements promis pour le Programme autochtone d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. De plus, il consacre 29,2 millions de dollars au cours des deux prochaines années pour améliorer l’accessibilité physique des garderies détentrices d’un permis au Canada.

Mme Ballantyne dit que le plan est ambitieux, mais qu’il est également sensé, car il reconnaît l’importance d’établir des collaborations avec des partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones.

« Le gouvernement fédéral offre de payer une partie importante des coûts pour bâtir le système, prévoit utiliser l’argent de manière efficace et conformément à ce que l’on sait nécessaire pour améliorer la qualité, l’accessibilité et l’abordabilité des services, et il entend soutenir le projet à long terme en augmentant l’investissement chaque année, a-t-elle souligné. Et nous obtiendrons enfin la loi fédérale encadrant l’apprentissage et la garde des jeunes enfants, une loi proposée une première fois, il y a cinquante ans!

Les gouvernements provinciaux et territoriaux auront du mal à refuser cette offre, surtout qu’ils ont tous affirmé à répétition durant la pandémie que les services de garde étaient essentiels pour leur économie ».

Les organismes provinciaux de promotion des services de garde ont fait écho à ce sentiment et ils ont demandé à leurs premiers ministres respectifs de faire équipe avec le gouvernement fédéral pour remédier à la crise qui frappe les services de garde, une crise grandement aggravée par la pandémie.

« Nous sommes très heureux du budget fédéral, car la Colombie-Britannique aura de l’aide afin d’accélérer l’implantation de son programme populaire de services de garde à dix dollars par jour, de réduire les frais de garde, d’augmenter le salaire du personnel éducateur et de créer plus de places financées par les fonds publics », a dit Sharon Gregson, porte-parole de la campagne pour des services de garde à 10 $/jour en C.-B.

« Le secteur des services de garde si fragile en Ontario a à peine survécu aux première et deuxième vagues de la pandémie de COVID-19 et nous accusons de nouvelles fermetures au cours de cette troisième vague », a dit Carolyn Ferns, coordonnatrice des politiques à la Coalition ontarienne pour de meilleurs services éducatifs à l’enfance. « Il est impératif que le gouvernement de l’Ontario saisisse l’occasion que nous offrent aujourd’hui les engagements fédéraux et collabore à bâtir le système dont l’Ontario a besoin ».

Pour de plus amples renseignements :

Morna Ballantyne
Directrice générale
Un enfant Une place
613.791.3411 (cellulaire/texte)
ed@ccnow.ca

Sharon Gregson
Campagne pour des services de garde à 10 $/jour en C.-B.
604.505.5725 (cellulaire/texte)
sgregson@telus.net

Carolyn Ferns
Coalition ontarienne pour de meilleurs services éducatifs à l’enfance
647-218-1275 (cellulaire/texte)
carolyn@childcareontario.org