It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

Les militantes et militants des services de garde au Canada félicitent le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Nouvelle-Écosse pour la conclusion d’une entente de financement des services de garde qui met en place des garde-fous cruciaux pour la création d’un système provincial d’apprentissage et de garde des jeunes enfants qui sera universel, sans but lucratif et géré par l’État.

« Cette entente entraînera de grands changements dans les services de garde en Nouvelle-Écosse, y compris une nouvelle approche du financement public des services agréés, afin que l’on puisse réduire considérablement les frais des parents tout en améliorant la rémunération du personnel éducatif et en élargissant l’offre de services inclusifs qui ouvrira l’accès à beaucoup plus d’enfants », explique Morna Ballantyne, directrice générale d’Un enfant, une place.

Mme Ballantyne a souligné les points suivants de l’entente comme étant particulièrement importants :

  • les frais moyens des parents pour les programmes de garde d’enfants réglementés seront réduits de 50 pour cent pour les enfants de moins de six ans, et les parents paieront en moyenne dix dollars par jour d’ici cinq ans;
  • un plan visant à élargir la prestation publique et sans but lucratif de services réglementés sera élaboré en consultation avec les parties prenantes et les collectivités; on ajoutera 9500 places d’ici 2025-2026;
  • les gouvernements du Canada et de la Nouvelle-Écosse créeront un comité de mise en œuvre pour surveiller les progrès des engagements en matière de garde d’enfants en consultation avec les parties prenantes;
  • les options de garde d’enfants avant et après l’école seront améliorées;
  • le gouvernement provincial créera un organisme public pour gérer la prestation des services de garde réglementés dans la province; 
  • des mesures seront prises pour régler les problèmes de main-d’œuvre dans le secteur de la garde d’enfants, dont l’augmentation des salaires et des avantages sociaux grâce à la mise en œuvre d’un cadre de rémunération d’ici 2022. 

« Cette deuxième entente fédérale-provinciale sur la garde d’enfants, tout comme celle conclue avec la Colombie-Britannique, constitue une étape cruciale dans la création du genre de système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants dont nous avons besoin, un système qui soit bon pour les enfants, pour les parents — en particulier les mères — et qui accélérera la reprise économique pour tout le monde », affirme Mme Ballantyne.