It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

Un rapport sur l’absence de services de garde réglementés répondant aux besoins des parents affectés à des horaires de travail non usuels devrait être une lecture obligatoire pour les gouvernements provinciaux qui ont reçu des fonds fédéraux afin d’augmenter le nombre de places en services de garde réglementés. 

Au Canada, près de quatre familles avec de jeunes enfants sur dix comptent au moins un parent dont les heures de travail sont atypiques. Ces familles ont besoin de services de garde à horaire prolongé et qui sont ouverts les weekends, mais en raison de l’approche axée sur le marché en matière de services de garde au Canada, de tels services sont rares. 

Ce ne sont que quelques-uns des nombreux constats qui se dégagent d’une étude menée par cinq chercheuses éminentes en matière de politiques et de services de garde qui ont examiné le travail atypique et l’offre de services garde au Canada. Pour ce faire, elles ont eu recours à une analyse de données de Statistique Canada, à des analyses documentaires, à un tour d’horizon des programmes en vigueur dans les provinces et territoires, à des entrevues avec des parents sur la complexité de leurs besoins de garde « atypique » et leurs solutions de « dépannage ». Et elles ont dressé le profil de sept garderies canadiennes offrant des services de garde à horaire non usuel. 

Les chercheuses ont constaté que les horaires de travail atypiques étaient en hausse dans un bon nombre de professions et de secteurs, notamment dans les services de santé, les services de protection, la vente au détail, le secteur manufacturier, les industries primaires, les services d’hébergement et d’alimentation et l’industrie du transport. Les travailleuses et travailleurs occupant des emplois atypiques au Canada sont « plus susceptibles d’être des femmes, des parents, d’être jeunes, racisés et d’immigration récente, d’être autochtones, d’être moins scolarisés et d’avoir un revenu inférieur à celui de personnes occupant un emploi typique ».

Les chercheuses ont estimé que seulement deux pour cent des garderies au Canada offraient des services de garde à des heures non usuelles, habituellement des horaires légèrement prolongés, mais rarement un service de nuit.

Les principaux obstacles aux services de garde à horaire atypique sont leurs frais de fonctionnement plus élevés et la difficulté de recruter et de retenir du personnel pour travailler à des heures non usuelles. Les services de garde atypiques sont souvent précaires parce qu’ils sont fréquemment instaurés à titre d’essai et dépendent aussi très souvent de fonds alloués à un projet plutôt que de financement de fonctionnement soutenu. 

Une des principales conclusions du rapport est qu’il faut en premier lieu un système robuste et stable pour offrir des services de garde à des heures non usuelles.