It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

En décembre dernier, la Fondation Jimmy Pratt, la Fédération du travail de Terre-Neuve-et-Labrador et l’Association des éducatrices et éducateurs de la petite enfance de T.-N.-L. ont réuni une quarantaine de parents, d’éducatrices, d’éducateurs et d’autres militantes et militants des enfants et des familles pour constituer une vaste coalition désireuse de façonner l’avenir des services de garde dans la province. 

Pendant la table ronde d’ouverture, la directrice générale d’Un enfant, une place, Morna Ballantyne, a donné son opinion sur ce que Terre-Neuve-et-Labrador doit faire pour bâtir un bon système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants (AGJE). Selon elle, les milliards de dollars que le gouvernement fédéral est prêt à verser aux provinces et aux territoires pour rendre les services de garde universellement accessibles et abordables représentent une occasion historique de transformer de fond en comble le financement et la gestion de l’AGJE. C’est le moment de pousser le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador à assumer la responsabilité d’offrir des services de garde d’enfants abordables et de qualité dans chaque communauté au lieu de dépendre du marché.

« Notre province n’avait pas connu de tribune de ce genre depuis des années. Nous ne cherchons pas uniquement des personnes qui participent activement à la prestation de services de garde en ce moment, nous cherchons également des aspirantes et des aspirants », a raconté Neria Aylward, directrice générale de la Fondation Jimmy Pratt, interviewée après l’événement.

Nous savons qu’il faudra absolument plaider la cause des services de garde pour obtenir un système d’AGJE durable et de qualité qui inclut les éducatrices et éducateurs, les enfants et les familles, a-t-elle poursuivi. Elle a ajouté qu’un projet de cette ampleur exige la participation d’un large éventail de groupes et d’individus, notamment la classe politique, les centres pour femmes, les centres de ressources familiales, les centres d’amitié autochtones et les groupes de lutte contre la pauvreté. En fin de compte, l’AGJE financée et gérée par l’État doit être considérée comme une infrastructure publique, détenue par la population de la province et organisée dans l’intérêt de la population.

Mme Aylward estime qu’il était important d’inclure la voix de l’organisation nationale de défense des services de garde d’enfants du Canada à l’événement.

« Nous devons examiner la situation dans son ensemble, a-t-elle dit. Le fait qu’une personne du niveau national discute de ce dont nous avons besoin au niveau provincial nous a permis de cesser de travailler en vase clos. En fait, la lutte se ressemble beaucoup à travers le pays. Bon nombre de nos défis, à Terre-Neuve-et-Labrador, sont partagés par d’autres provinces et territoires. Et c’est facile de s’enliser, surtout pour les prestataires de services et les familles, qui peuvent être à court d’argent et disposer de très peu de ressources. »

Les services de garde sont sous-financés et sous-valorisés à Terre-Neuve-et-Labrador, comme dans le reste du Canada, depuis des décennies. 

Un système d’AGJE universel, durable, de qualité et culturellement approprié aurait de nombreuses retombées positives pour la population de Terre-Neuve-et-Labrador, affirme Neria Aylward. « Un système universel entraînerait tant de transformations pour le mieux ! Premièrement, cela comblerait le fossé entre les enfants qui ont accès à de l’apprentissage en bas âge de qualité et ceux qui n’y ont pas accès sans faute de leur part ou de celle de leur famille. Deuxièmement, c’est l’occasion d’investir véritablement dans l’économie des soins. C’est l’occasion de financer et de renforcer une profession, de transformer la main-d’œuvre pour qu’elle soit respectée, bien payée, valorisée et attrayante pour les générations futures. »

Neria croit que les militantes et militants doivent continuer à unir leurs forces, autant au niveau provincial qu’à l’échelon national. Le message de Morna Ballantyne et les conversations qui l’ont suivi éclaireront la stratégie de plaidoyer de la nouvelle coalition. Celle-ci est déterminée à aider à bâtir un système d’AGJE durable à Terre-Neuve-et-Labrador, un système qui inclut les enfants, les éducatrices et éducateurs, les familles et l’ensemble de la communauté.