It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

Les défenseurs des services de garde de la Colombie-Britannique ont mis à jour leur feuille de route pour guider la mise en place d’un système complet et de haute qualité d’apprentissage et de garde des jeunes enfants dans la province.

Le plan, qui a été présenté durant un webinaire organisé par la Coalition of Child Care Advocates of British Columbia (CCCABC), Early Childhood Educators of British Columbia (ECEBC) et la campagne $10aDay, définit un moyen d’intégrer les prestataires actuels dans un système de programmes agréés financés et gérés par l’État et entièrement responsables, ainsi qu’une voie pour créer de nouveaux espaces agréés.

Rita Chudnovsky, de la CCCABC, a affirmé dans sa présentation que le plus grand obstacle à la mise en place de services de garde à 10 $ par jour est le recrutement et la rétention d’une main-d’œuvre qualifiée.

Mme Chudnovsky a également déclaré que la province devait abandonner l’approche de l’offre de services de garde basée sur le marché qui encourageait les services de garde à but lucratif qui demandent aux parents des frais de 20 % à 60 % plus élevés que ceux des centres sans but lucratif, publics et gérés par des Autochtones.

Mme Chudnovsky a expliqué que le nouvel accord sur l’apprentissage et la garde des jeunes enfants conclu entre les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique financera une baisse des frais à la charge des parents et 30 000 nouvelles places de garde d’enfants publiques et sans but lucratif d’ici 2025-2026.

« Ce sont deux engagements solides du gouvernement », a déclaré Mme Chudnovsky.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a promis 12 500 nouvelles places en garderie à 10 $ par jour d’ici la fin de 2022. Selon Mme Chudnovsky, le gouvernement doit mettre fin au processus concurrentiel actuel pour devenir un site à 10 $ par jour et mettre en place un plan de transition pour les garderies sans but lucratif, publiques et autochtones existantes. De plus, les nouveaux centres devraient être ouverts en tant que sites à 10 $ par jour.

« L’élément le plus important qui manquait à l’annonce faite cette semaine par le gouvernement de la Colombie-Britannique était le fait qu’il n’avait pas encore engagé les fonds nécessaires à la mise en œuvre d’une grille salariale concurrentielle à l’échelle provinciale », a ajouté Mme Chudnovsky. Cependant, il s’agit d’une condition de l’accord bilatéral et on s’attend à ce qu’elle soit élaborée. Mme Chudnovsky a fait remarquer que cette grille est nécessaire pour attirer de nouveaux éducateurs dans le système ainsi que pour retenir les éducateurs actuels.

La feuille de route continue de demander aux Premières Nations, aux Inuits et aux Métis de déterminer la gouvernance et la prestation de leurs propres programmes d’apprentissage et de garde des jeunes enfants et de leurs services à la famille.

La feuille de route propose que l’apprentissage et la garde des jeunes enfants de la Colombie-Britannique reposent sur quatre « piliers » :

  1. une formule de financement équitable;
  2. des politiques et procédures d’exploitation communes;
  3. des réseaux de garde d’enfants dans les communautés et les quartiers; et
  4. des accords de partenariat entre les circonscriptions scolaires et les prestataires de services à 10 $ par jour.

Lynell Anderson, défenseuse des services de garde d’enfants en Colombie-Britannique, a affirmé que la formule de financement doit être suffisante pour couvrir la totalité des coûts d’exploitation des opérateurs de garderies.

« Dans les services de garde d’enfants sans but lucratif, la rémunération du personnel, y compris les avantages sociaux, représente environ 80 % des coûts d’exploitation. Les 20 % restants couvrent les coûts liés aux installations, à l’administration et à la gestion. Nous pouvons donc nous en servir lorsque nous élaborons la formule », a déclaré Mme Anderson.

« Nous savons combien de temps il faut pour obtenir de nouveaux espaces – pas seulement financés – mais réellement construits et ouverts aux familles, a pour sa part affirmé Sharon Gregson de la CCCABC et porte-parole de la campagne « $10aDay ». Ce n’est pas quelque chose qui se fait rapidement ou facilement quand c’est bien fait. »

Mme Gregson a ajouté qu’il est impératif de placer la qualité au centre de la création de tous les nouveaux espaces créés à mesure que le système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants est érigé.

« Pour la première fois en 40 ans, il y a suffisamment d’argent sur la table pour faire la différence. Notre priorité reste une action audacieuse en matière de recrutement et de rétention », a précisé Mme Chudnovsky.