It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

Conseil d’administration

Martha Friendly

Martha Friendly s’est d’abord intéressée à la garde d’enfants dans les années 1960 alors qu’elle faisait de la recherche sur le programme Head Start aux États-Unis. Après avoir immigré au Canada en 1971 et être devenue maman et membre de la garderie coopérative de l’Université York, les services de garde sont devenus pour elle une passion au lieu d’un enjeu féministe abstrait. Depuis, Martha fait carrière comme chercheuse en politiques publiques et services de garde et elle milite inlassablement pour un système universel de services de garde de qualité au Canada. Elle est directrice générale du Childcare Resource and Research Unit, un organisme qu’elle a créé dans les années 1980. Martha a vécu deux grands bonheurs ces dernières années : elle est devenue la grand-maman de jumeaux (qui ont la chance de fréquenter une excellente garderie publique à Toronto) et l’Université Trent lui a décerné un doctorat honorifique en droit.

Jamie Kass

Jamie Kass a consacré une grande partie de sa carrière à militer pour un système universel et inclusif de services de garde à l’enfance de qualité. Jamie a pris sa retraite d’un travail rémunéré en juillet 2016 sans voir ses objectifs se concrétiser. Commençant sa carrière professionnelle comme éducatrice dans une garderie communautaire d’Ottawa, Jamie a consacré ses efforts à soutenir la main-d’œuvre en misant sur la force de la syndicalisation. Jamie est une des membres fondatrices du Conseil sectoriel des ressources humaines des services de garde à l’enfance, qui a mené des activités de 2003 à 2013 faisant de la recherche et formulant des recommandations liées aux ressources humaines dans le secteur des services de garde. Le Conseil a dû cesser ses activités lorsque le gouvernement fédéral d’alors dirigé par les conservateurs a mis fin à son financement. Avant de prendre sa retraite, Jamie était coordonnatrice nationale pour la garde d’enfants au Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes. Elle consacrait ses efforts à améliorer les choix en matière de garde d’enfants des parents, et plus spécialement des parents dont les enfants ont des besoins particuliers, par l’entremise des programmes Besoins spéciaux et Aller de l’avant du STTP.

Vicky Smallman

Vicky Smallman est mère de deux enfants âgés de moins de dix ans et elle a toujours eu du mal à trouver un service de garde de qualité pour l’aider à concilier ses responsabilités familiales et professionnelles. Elle occupe le poste de directrice nationale du portefeuille Droits de la femme et de la personne au Congrès du travail du Canada. Avant d’occuper ses fonctions au CTC, elle a travaillé pour l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université et pour diverses autres organisations syndicales et de justice sociale. Elle a siégé au conseil d’administration de son centre local de santé communautaire et fait partie du conseil d’administration de À voix égales.

Shellie Bird

Shellie Bird est maman et grand-maman. C’est par le conseil d’administration de la garderie de son fils qu’elle a fait son entrée dans le monde de la promotion et de la défense des services de garde. Shellie a été éducatrice à la petite enfance pendant plus de vingt ans. Elle travaillait auprès des poupons et des bambins à la garderie coopérative Centretown, une garderie à but non lucratif située au centre-ville d’Ottawa. Elle s’est impliquée dans son syndicat afin de promouvoir l’éducation préscolaire et la garde à l’enfance et elle a dirigé plusieurs campagnes pour améliorer les conditions de travail des éducatrices et des éducateurs de la petite enfance. À présent, Shellie travaille pour le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes. Elle y occupe la fonction de coordonnatrice nationale pour la garde d’enfants. De plus, elle copréside le Groupe de travail national de la garde à l’enfance du Syndicat canadien de la fonction publique.

Brianne Goertzen

Brianne Goertzen siège au conseil d’administration de la Coalition pour les services de garde du Manitoba. Elle a un jeune fils qui s’appelle Jackson.  Elle vient d’être réélue commissaire de la division scolaire de River East Transcona  à Winnipeg au Manitoba. Présentement, elle est directrice provinciale de la Coalition de la santé du Manitoba et a travaillé auparavant comme organisatrice du Manitoba pour la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants. Brianne milite avec passion pour des services publics, les droits des étudiantes et étudiants et des services publics d’éducation et de santé de qualité. Elle est une organisatrice et une militante convaincues, siégeant à plusieurs conseils d’administration locaux ainsi qu’au comité de direction duCentre canadien de politiques alternatives – Manitobaà titre de vice-présidente.

Lisa Kelly

Lisa Kelly milite au sein du mouvement syndical depuis plus de vingt-cinq ans. Elle est avocate de profession et a travaillé à titre de conseillère juridique interne pour les Travailleuses et travailleurs canadiens de l’automobile (TCA) pendant deux décennies. En 2011, Lisa a accepté le poste de directrice de l’éducation chez les TCA avant la fusion avec le SCEP pour devenir Unifor, le plus grand syndicat du secteur privé au Canada. Présentement, elle occupe la fonction de directrice du Service de la condition féminine d’Unifor et prononce souvent des conférences sur des thèmes comme les femmes et le mouvement syndical au Canada ainsi que les droits des personnes LGBTQ au travail.  Elle a vécu de près les difficultés causées par un système non universel et bigarré de services de garde à l’enfance qui coûtent cher. Elle veut être partie prenante d’une solution systémique durable.

Amber Rehill

Amber est une infirmière autorisée et la mère de deux jeunes enfants à Dartmouth, en N.-É. Le manque de services de garde inclusifs, accessibles, de haute qualité et abordables est une chose qu’elle connaît depuis longtemps, ayant eu une mère qui a quitté sa propre carrière à cause du manque d’inclusion dans les services de garde. En tant que parent travaillant selon des horaires non traditionnels, Amber n’a pas été en mesure de trouver des services de garde d’enfants lorsqu’elle a dû reprendre le travail. Elle a donc dû compter sur la famille élargie et les déplacements sur de longues distances, mais cela l’a également incitée à devenir une défenseuse des droits de l’enfant. Elle a créé et dirigé le projet de créer un service de garde sur son milieu de travail, sachant que des recherches ont montré que le fait d’offrir aux infirmières des options de garde d’enfants inclusives et accessibles entraînait une augmentation spectaculaire du recrutement, de la rétention, de la satisfaction des employés et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Grâce à ce travail, elle s’est impliquée davantage dans Un enfant Une place – Nouvelle-Écosse et a rejoint le comité d’organisation nouvellement formé en 2021.

Carolyn Ferns

Carolyn Ferns est coordonnatrice aux politiques publiques et aux relations gouvernementales à la Coalition ontarienne pour de meilleurs services éducatifs à l’enfance. Elle détient un baccalauréat en éducation de la petite enfance et une maîtrise en études de la petite enfance. Elle a travaillé plus de dix ans pour le Childcare Resource and Research Unit où elle a contribué à titre de coauteure à la collection Early Childhood Education and Care in Canada. Elle est un des membres fondateurs du collectif populaire Advocates for Progressive Childcare Policy.

Sharon Gregson

Sharon Gregson est porte-parole provinciale de la campagne pour des services de garde à 10 $/jour en C.B., menée en collaboration avec la Coalition of Child Care Advocates of BC. Elle représentait également la Colombie-Britannique au Conseil sectoriel des ressources humaines des services de garde à l’enfance et à la Fédération canadienne des services de garde à l’enfance. 

Sharon est féministe et ses antécédents démontrent sa capacité à travailler en collaboration avec des intervenants de divers secteurs, y compris avec des alliés non habituels, à la promotion de politiques publiques en matière de garde à l’enfance. Elle a occupé le poste de directrice des services à la petite enfance dans un grand organisme syndiqué de East-Vancouver et a coprésidé le Conseil mixte des services de garde de Vancouver, qui regroupait des partenaires publics et des organismes non gouvernementaux. La candidature de Sharon a été soumise en 2018 pour l’attribution du prix Femme de mérite du YWCA pour souligner son travail entourant la réussite du Plan pour des services de garde à 10 $/jour et des ressources produites pour soutenir le développement des compétences culturelles des Autochtones dans le secteur de l’éducation à la petite enfance.

Diana Sarosi

Diana Sarosi est la gestionnaire de l’équipe d’Oxfam chargée des politiques et des actions en matière de droits de la femme. Elle est une militante féministe de longue date et a plus de quinze années d’expérience de travail avec des organismes non gouvernementaux au Canada et en Asie du Sud-Est. Chez Oxfam Canada, elle travaille sur des dossiers stratégiques reliés aux inégalités économiques, à la budgétisation sexospécifique, à l’aide humanitaire, à la paix et la sécurité, à l’aide internationale et la politique étrangère et au leadership des femmes, le tout en s’appuyant sur une approche féministe et en ciblant le gouvernement canadien et les forums multilatéraux. Elle est régulièrement analyste et commentatrice du budget fédéral du Canada.

Diana a travaillé précédemment pour la Nobel Women’s Initiative et des organismes locaux en Asie du Sud-Est. Elle a vécu cinq ans en Thaïlande et a fondé une ONG qui s’occupait de protéger les défenseurs des droits de la personne. Elle siège également au comité de direction de Women, Peace and Security Network Canada. Diana détient des diplômes en science politique et résolution de conflits et elle a publié plusieurs rapports, articles et éditoriaux. Suivez-la sur Twitter @Diana_Sarosi

Leila Sarangi

Leila Sarangi est la coordinatrice nationale de la campagne 2000: « End Child and Family Poverty » (mettre fin à la pauvreté des enfants et des familles), et directrice de l’action sociale au Family Services Toronto (FST). Son travail consiste à favoriser une culture de défense des intérêts dans le secteur des services sociaux communautaires par le biais de la recherche, de l’éducation, de l’élaboration de politiques, de campagnes et d’activités de développement communautaire. L’expérience de Leila s’étend sur 20 ans de développement de campagnes, de programmes et de services qui favorisent la réduction de la pauvreté dans un cadre féministe intersectionnel d’anti-oppression.