It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

Lettre aux ministres Freeland, Morneau et Hussen sur la garde à l’enfance pendant la pandémie COVID-19

L’honorable Chrystia Freeland, C.P., députée fédérale
Vice-première ministre et ministre des Affaires intergouvernementales

L’honorable Bill Morneau, C.P., député fédéral
Ministre des Finances

L’honorable Ahmed Hussen, C.P., député fédéral
Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social

Le 19 mars 2020

Madame la ministre,
Messieurs les ministres,

Nous vous félicitons et nous vous remercions vous et vos collègues du Cabinet pour les importantes mesures de soutien annoncées hier matin. Manifestement, le gouvernement est déterminé à aider les travailleuses et les travailleurs canadiens et leurs familles à surmonter cette pandémie de la COVID-19. Nous vous remercions de vous être engagés à trouver d’autres moyens afin de nous accorder plus de répit dans les prochains jours et les prochaines semaines.

C’est dans le contexte de cet engagement de la part de votre gouvernement que nous vous écrivons aujourd’hui. Nous voulons vous signaler des besoins urgents au sein du secteur des services de garde à l’enfance au Canada et demander à votre gouvernement d’entamer immédiatement des discussions avec les provinces et les territoires et d’élaborer un plan concerté soutenu par le gouvernement fédéral qui :

(a) assurera la survie de ce secteur fragile après cette pandémie

(b) mettra en place des services de garde d’urgence sécuritaires, gratuits et réglementés pour les parents d’enfants d’âge préscolaire et scolaire qui doivent travailler, mais qui n’ont pas d’autres options pour faire garder leurs enfants maintenant que les services de garde réglementés ont fermé leurs portes dans la plupart des régions du pays.

Il est impératif qu’un tel plan commun soit financé par le gouvernement fédéral :

  • Le financement fédéral est nécessaire pour aider à payer les services de garde d’urgence destinés aux enfants âgés de zéro à douze ans et assurer que ces services sont sécuritaires pour les enfants et pour le personnel. Plus précisément, le financement fédéral aidera à :
    • mettre sur pied des services de garde adaptés à l’âge des enfants et aménagés dans des endroits et des milieux qui conviennent;
    • verser des salaires suffisamment élevés et des avantages sociaux pour faciliter le recrutement de personnel qualifié;
    • couvrir d’autres frais de fonctionnement essentiels, comme le nettoyage, le dépistage et d’autres mesures pour éviter la propagation du virus.
  • Le financement fédéral est nécessaire pour aider les provinces et les territoires à soutenir les garderies et les services de garde en milieu familial réglementés durant les fermetures attribuables à la pandémie. Les garderies et les autres services de garde réglementés n’ont pas la capacité de survivre à ces fermetures. Ils dépendent des frais de garde que leur versent les parents pour couvrir leurs frais de fonctionnement. Or, on ne peut pas s’attendre à ce que les parents (dont beaucoup n’ont plus de revenu) continuent de payer un service qu’ils ne reçoivent plus. Les fournisseurs de services de garde n’ont pas de réserves suffisantes pour continuer de payer leurs employés ou pour payer les autres factures qui entrent, même s’ils sont fermés (loyer, chauffage, assurance, etc.).

Votre gouvernement a dit à maintes reprises aux Canadiens et aux Canadiennes qu’il comprend le rôle central des services de garde pour soutenir la participation au marché du travail et renforcer l’économie canadienne, et vous avez collaboré avec vos partenaires provinciaux et territoriaux à améliorer l’accès aux services de garde. Nous savons que vous ne resterez pas les bras croisés à regarder sombrer le très fragile secteur des services de garde à l’enfance. Nous savons que vous ferez tout en votre possible pour aider le secteur à surmonter cette pandémie, sachant que les services de garde réglementés doivent être là pour les travailleuses et les travailleurs canadiens lorsqu’il sera sécuritaire pour tout le monde de retourner au travail. Nous sommes convaincus que vous travaillerez de concert avec les provinces et les territoires et avec les organismes nationaux de services de garde à l’enfance pour déterminer le type d’aide financière dont a besoin notre secteur.

Nous attendons avec impatience de connaître votre réponse aux problèmes soulevés et à nos recommandations d’action pour le gouvernement fédéral.

Veuillez recevoir l’expression de mes sentiments respectueux,

Morna Ballantyne
Directrice générale
Un enfant Une place
613-791-3411

c.c. Le très honorable Justin Trudeau, C.P., député fédéral, premier ministre du Canada